Catherine et Isabelle Orliac, deux sœurs en Aquitaine

Domaine Labastide Orliac

Sud-Ouest

Un vignoble royal

Vins Rosés
Vins Rosés
Vins Rouges
Vins Rouges

Un vignoble discret mais riche en Histoire. Les sœurs Catherine et Isabelle Orliac exploitent depuis une dizaine d’années les 10 hectares de vignes du Château Labastide à Clermont Soubiran, dans le Lot-et-Garonne. Entre Agen et Moissac, sur les coteaux de la rive droite de la Garonne, elles produisent des vins réputés et des cuvées d’exception régulièrement récompensées de médailles, saluées par les guides, et présentes sur les grandes tables du monde.
Mais il n’en fut pas toujours ainsi. Car ces vins du sud de la vallée de la Garonne, en appellation Brulhois, vivent depuis un siècle dans l’ombre de leurs voisins de Bordeaux, alors que leur terroir d’argile et de calcaire ressemble à celui de Saint-Émilion ou de Pomerol. Et que ces cuvées charpentées aux tanins puissants font aussi de beaux vins de garde.
Le destin de ces vins a basculé en 2007 quand les sœurs ont découvert dans le château une ordonnance du roi Louis XVI exigeant la libération de leur ancêtre Jean Orliac, négociant en vin des bords de la Garonne, emprisonné après avoir fait faillite. Car le roi était friand des vins d’Orliac, fournisseur officiel de la cour de Versailles et de la noblesse.
Les sœurs Orliac ont misé sur ce prestigieux passé pour redorer le blason du Château Labastide. Les quatre cuvées élaborées à partir de cabernet, merlot et tannat ont été rebaptisées « Deux sœurs en Aquitaine», «Château Labastide Orliac», «Le Prince» ou «1780 Royal Héritage», l’assemblage dégusté à la Cour. Des noms qui désormais font mouche à l’étranger. « Au Japon, on nous a demandé des autographes car nous étions les descendantes du fournisseur de vins de Louis XVI », s’amuse Isabelle.
Attachée à son passé, la famille Orliac travaille son domaine « avec des méthodes traditionnelles », vendanges manuelles, usage des chevaux, permaculture, « devenues très modernes ». Le domaine produit chaque année entre 30 et 50 000 bouteilles, dont une partie est diffusée dans le réseau des musées nationaux. On peut goûter le « 1780 Royal Héritage », cuvée rare vendue à 80 € la bouteille, lors d’une visite au château, dont les fondations remontent au XIIe siècle. Un vrai voyage dans le temps…

Visite & dégustation
Visite & dégustation
Agriculture Raisonnée
Agriculture Raisonnée
INFORMATIONS SUR LE DOMAINE
Château Labastide Orliac
42270
Clermont Soubiran
Langues parlées :  
fr
gb

Sur RDV.

Portrait

Catherine et Isabelle Orliac, deux sœurs en Aquitaine

Catherine et Isabelle Orliac, deux sœurs en Aquitaine

Catherine et Isabelle Orliac représentent la huitième génération de vignerons à travailler la terre du Château Labastide, exploitée depuis au moins trois siècles. Entre les deux sœurs, issues d’une lignée de négociants, les rôles sont bien définis : Catherine gère la production tandis qu’Isabelle s’occupe de la commercialisation. « Mais nous nous retrouvons dans les chais pour élaborer le vin. Nous avons appris à déguster très jeunes. Nos vins reflètent nos personnalités, portent la griffe de deux sœurs », explique Isabelle, qui a vinifié en Champagne, à Vouvray et en Vallée de la Loire. Leur objectif : « sortir du lot », notamment face aux voisins bordelais.

Nos formules

Domaine Labastide Orliac : vins, histoire, royauté et modernité

Ce domaine de 10 hectares est tenu par deux sœurs, Catherine et Isabelle, qui vous en racontent la formidable histoire qui les lient à la Cour de France.

La visite commence par le point de vue sur la Vallée de la Garonne, l’histoire des vins, et de leur commerce par le fleuve. S’en suivent une visite du chai, une explication sur la vinification et une dégustation…

Formule gratuite.

Visite & dégustation
Visite & dégustation
Gratuit