Bordeaux : les Primeurs, quésako?

Chaque année, ils reviennent inlassablement au printemps dans le vignoble bordelais. Qui ça ? Les feuillages des vignes ? Les oiseaux ? Les œufs en chocolat? Maiiiiiis nooooon, un peu de sérieux enfin ! On vous parle des Primeurs, ce rendez-vous bordelais incontournable où, le temps d’une semaine (cette année de ce lundi 9 au vendredi 13 avril), la sphère mondiale du vin converge vers Bordeaux pour déguster le millésime récolté à l’automne précédent et encore en cours d’élevage (en l’occurrence cette année, le millésime 2017). On vous explique le pourquoi du comment en cinq questions-réponses.

Les Primeurs, c’est quoi ?

Un système typique de Bordeaux, qui consiste à vendre par anticipation, au printemps suivant la récolte, des vins dont l’élevage est encore en cours. Ce procédé consiste donc en une sorte de pré-réservation, puisque les vins ne seront mis en bouteilles et livrables qu’environ 18 à 24 mois plus tard, une fois leur élevage fini. Le temps d’une semaine, fin mars-début avril, les acteurs du monde du vin (acheteurs, courtiers, négociants, cavistes, journalistes, critiques…) convergent des quatre coins de la planète vers Bordeaux pour découvrir le millésime et en estimer sa qualité.

Une petite précision terminologique au passage : attention à ne pas confondre la vente en primeur (celle dont nous parlons) et les vins primeurs, comme par exemple le Beaujolais nouveau, mis en bouteille et commercialisé avant la vendange suivante.

Les Primeurs, comment ça fonctionne ?

Au fil des dégustations de la semaine des Primeurs, directement dans les propriétés ou dans différents lieux de Bordeaux et alentours, les acheteurs se font leur opinion, prévoyant leurs achats, et la presse et les critiques du monde du vin attribuent des notations sur les vins. À peine la semaine des Primeurs achevée, ces notes, très attendues, influencent la fixation des prix de mise en marché des vins par les propriétés. Si ce tarif, généralement fixé dans les deux mois suivant la dégustation, tient donc compte de ces notes, il est aussi et surtout déterminé en fonction de la qualité du millésime, et de l’offre et de la demande qui en découlent.

Quel est l’intérêt des Primeurs ?

Si cette grande messe du vin intéresse tant les professionnels du vin, c’est que derrière les Primeurs se cache un avantage financier certain, particulièrement dans les millésimes qualitatifs, sujets à la spéculation. Acquis à un tarif avantageux en Primeurs, le vin pourra ensuite être revendu avec une plus-value non-négligeable. Mais cette acquisition étant un pari sur l’avenir, l’acheteur a tout intérêt à avoir le palais bien entraîné pour détecter d’ores et déjà les pépites du millésime.

La pratique des Primeurs est également intéressante pour les propriétés, qui font rentrer par anticipation de la trésorerie à réinvestir dans l’élevage des vins et la récolte suivante.

Est-ce que les Primeurs concernent tous les châteaux bordelais ?

Non, ce système, au sens strict du terme, ne concerne que 200 étiquettes, dont une immense majorité de prestigieux grand crus (emmenés par l’Union des Grands Crus de Bordeaux), soit un microcosme à l’échelle de l’ensemble du vignoble bordelais. Mais historiquement, si seuls les grands crus participaient aux Primeurs, depuis une époque plus récente, la plupart des domaines se sont appropriés le processus, profitant de la présence de la sphère du vin à Bordeaux pour faire découvrir et communiquer autour de leurs vins. Ils peuvent proposer des dégustations à titre individuel sur la propriété ou se regrouper par affinités (par appellation, ou selon certains groupements comme les Crus Bourgeois ou les vignerons bio, ou tous les vins conseillés par un consultant…)

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *