Saint-Valentin : quel vin pour quel je t’aime ?

Le 14 février arrive à grands pas. Les fleurs ? Les chocolats ? Les diamants ? Pffffff, so « déjà vu » ! Winelovers, jouez-la plutôt « Saint-Vinlentin », en offrant une bouteille à l’élu(e) de votre cœur pour lui clamer votre amour ! Nos conseils pour choisir la bouteille appropriée (et éviter la rupture !)

Je t’aime…

 

Un peu : à l’image des prémices de l’amour, pétillantes et virevoltantes, optez pour des bulles !

Des bulles oui, mais lesquelles ? Un crémant, qui conjugue belle qualité et bon rapport qualité-prix (pensons pratique : pas la peine de faire un trou dans votre PEL avec du champagne, si vous n’êtes pas bien certain(e) de vos sentiments naissants !) En plus, ce n’est pas le choix qui manque avec neuf régions productrices (Alsace, Bordeaux, Bourgogne, Die, Jura, Limoux, Loire, Savoie et Luxembourg) et une déclinaison en blanc et rosé. Idéal pour créer une bulle d’amour !

Avec : du saumon fumé sur des blinis tartinés de crème fraîche à l’aneth.

Beaucoup : Pour aimer avec force et vivacité, on opte pour un charmeur assemblage syrah-grenache noir de pic saint-loup, dans le Languedoc.

Nés sur les reliefs calcaires entre les pins et la garrigue, ces vins ont les arômes séducteurs de leurs cépages et la fraîcheur de leur terroir. Leur nez est intensément fruité (fruits noirs et fruits rouges), agrémenté de notes de violette, réglisse, épices, et de la fraîcheur de la garrigue, ainsi que de notes de torréfaction en cas d’élevage en barrique. En bouche, prolongeant ce nez appétissant, la matière est dense et charnue, généreuse mais sans lourdeur, avec des tanins présents mais fondus, des arômes fruités, et une belle pointe de fraîcheur finale mentholée. Intense et frais comme une idylle naissante !

Avec : un carré d’agneau au miel et romarin et son gratin dauphinois.

Passionnément : Ahhhhh la passion, le feu, la fougue, l’amour, l’amour, l’amour… !

Pour accompagner la force de vos émois, rien de tel qu’un vin charnu, à l’image de votre cœur gonflé d’amour. On pense à un bordeaux rouge monocépage merlot, rond, opulent, charnu, charmant et charmeur (comme vous devez l’être un jour de Saint-Valentin ! Ne relâchez surtout pas vos efforts pour séduire, ou sinon, c’est la fin des haricots !) Avec sa belle robe sombre (on parle toujours du merlot !), ces vins offrent dans leur jeunesse des arômes de fruits rouges et noirs, de réglisse, de cacao évoluant au fil des années vers des fruits confiturés (prune, pruneaux, épices, sous-bois). En bouche, on retrouve les fruits noirs (cerise noire, cassis, mûre, prune), mais aussi la violette ou le chocolat. Ces vins sont souples, aux tanins fondus, à la matière opulente, onctueuse, ronde et suave, aimable. Si vous n’aviez pas déjà conclu, c’est l’arme de séduction ultime !

Avec : un magret de canard aux cerises et une purée de pommes de terre et panais.

À la folie : « Aimer jusqu’à l’impossible », chantait Tina Arena (Oh ça va, chacun ses références !)

Vous voilà ivre… d’amour, il vous faut un vin à la hauteur ! On pense à un vin du sud-ouest, de Cahors très exactement. Le cépage malbec y donne des vins à la couleur sombre (d’où leur surnom de « vins noirs », car rappelant l’encre) annonciatrice de toute la puissance de ces nectars. Leur bouquet est riche, complexe et expressif sur les fruits rouges et noirs (pruneau, mûre et cassis), souvent confiturés, la truffe, les épices (cannelle, poivre), et le cacao. Sur le palais, ces vins ont une forte présence. Tanniques, ils savent néanmoins conserver une classe naturelle avec leur bel équilibre et leur remarquable longueur s’achevant sur des notes de réglisse, de cacao et d’épices. Si vous cherchez une phrase à sortir en fin de soirée, vous pourrez toujours déclamer un : « cahors, j’adore… mais pas autant que je t’adore ! »

Avec : des mets aux saveurs affirmées, comme par exemple une côte de bœuf au roquefort et échalotes, à partager évidemment (surtout pour uniformiser l’haleine et pouvoir encore s’embrasser ensuite !) Ou, si vous avez le goût du risque (et du glamour), un local cassoulet !

Pas du tout : Aïe aïe aïe, rien ne va plus !

On est sincèrement désolés si votre cher(e) et tendre vous a quitté(e), on compatit, et on a deux options pour vous consoler. Option n°1 : une boisson à fort degré alcoolique pour oublier, porto, whisky, cognac, armagnac (vodka ? gin ?)… vous avez l’embarras du choix. Ou, si votre ex vous a trompé(e) et/ou quitté(e) de façon peu élégante et que vous êtes un peu revanchard, option n°2 : invitez-le(la) pour un repas d’adieu à la Saint-Valentin, et servez-lui dans une bouteille de vin… du vinaigre. Savourez le résultat ! (c’est moche, mais c’est drôle!^^)

Avec : des jurons sur la Saint-Valentin !

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *